top of page
IMG20230707173456_edited.jpg

Éva a lu pour vous ..

Chroniques littéraires

Et tout sera silence

Michel Moatti

Hervé Chopin Editions

6 juin 2019

319 pages

Thriller

Chronique

6 juin 2019

« Tout conte de fées est issu des profondeurs du sang et de la peur. » Franz Kafka

« Les femmes mortes ne racontent aucune histoire.

Des hommes de peine les écrivent. » D. Handler


Un nuage de poussière noire venu d'Islande est attendu en cette fin d'hiver 2019, une menace bien réelle sur toute l'Europe du Nord, symbolisant le Mal, qui inlassablement, inéluctablement plane sur nous tous. Et s'il peut s'étendre ainsi, c'est en raison de notre aveuglement, de notre volonté consciente ou non, de ne rien savoir, de continuer à vivre tout en laissant dans l'ombre les victimes qui survivent là, à quelques mètres de nos maisons. Surtout ne pas les entendre, ne pas les sentir, les nier, et le silence devient assourdissant, et notre responsabilité évidente.

Vous me direz, est-il possible d'agir pour nous, simples citoyens ? Serions-nous capables de faire la différence ? La tâche n'est-elle pas insurmontable ? C'est évidemment une question centrale qui motive certains à continuer le combat, car chaque pierre aussi petite qu'elle soit peut solidifier tout un mur. Une mission donc à mener à bien et réussir, autant que faire se peut, pour les forces de l'ordre, les ligues et organisations internationales, les associations, les reporters et journalistes d'investigation dignes de ce nom.


Pour Lynn Dunsday, que nous retrouvons dans ce deuxième opus, travaillant pour un web- magazine, le Bumper, sous les ordres d'un rédacteur friand de buzz et de scandales, la tâche n'est pas aisée. Sa déontologie, ses méthodes presque artisanales et faussement dépassées, ses convictions fermement chevillées, et sa ténacité et son entêtement ne font pas bon ménage avec les nouvelles méthodes de journalisme. En cela, elle fait perdurer ce que son ami et collègue à la retraite, Trevor Sugden, lui a transmis lors de leur dernière affaire ensemble. Elle se heurte également à son compagnon Andy Folsom, enquêteur à la Metropolitan Police de Londres, qui essaye de garder pour lui des informations, tout en protégeant leur relation amoureuse. Un équilibre difficile à trouver qui sera sacrément mis à mal par les prochains événements. Ils vont tous devoir collaborer, Lynn, Trevor et Andy, car l'ennemi est effroyable, monstrueux, inhumain.


Sopot, quartier de Karlikowo, Pologne, mars 2019. Une jeune femme qui croit aux contes de fées sans doute, qui se voit princesse dans un futur proche, monte dans une camionnette blanche devant la conduire en Slovénie pour un stage professionnel. Naïveté, bêtise, désespoir ? Le piège se referme sur Magdalena et ses compagnes de cauchemar. Une explosion de violence, de fureur, s'abat sur elles. On va les casser psychologiquement, on va leur faire comprendre qu'elles ne sont que du fret monnayable, elles vont perdre tout, incapables de se défendre elles-mêmes de la barbarie. Ce sont des "Princes", des business men qui décident de leur sort. Elles ne sont plus que viande, esclaves sexuelles en partance pour Londres via Trieste. Un vaste réseau international du crime d'une puissance terrifiante. On coupe un bras du monstre, un autre repousse ailleurs. Mais faut- il se désespérer ou continuer à guerroyer contre cet adversaire démoniaque ?


Quelques mois plus tard, à Londres, on dénombre 29 victimes d'attaques en un mois dans la capitale. Incompréhensible ! La police, la presse sèchent devant ces crimes où toutes les victimes, les armes, les modes opératoires sont différents. Lynn est pressée par son rédac chef, Tony Grant, de pondre un article bien sensationnel. Elle s'arrache les cheveux.


Au même moment ou presque une femme se fait massacrer dans les toilettes d'un pub, le Moon & Spoon. Andy est appelé sur la scène du crime.


Voilà les premières pièces du puzzle que va patiemment mettre en place l'auteur, nous guidant jusque dans les quartiers polonais londoniens, à la rencontre de personnages hallucinants, amnésiques de leur propre histoire, chargés de haine, des extrémistes, des hommes d'affaires, des religieux, des exécuteurs des basses œuvres.


Lynn est en grand danger, elle a toujours joué avec les limites, mais cette fois elle n'y arrive plus. Andy panique, devient secret, irascible.

Ajoutez à cela un philosophe psychopathe flippant, une blogueuse Lulubelle, seul élément lumineux et léger de cette histoire, et vous avez un thriller dense, bâti sur une documentation solide concernant des faits réels, qui personnellement m'a fait très peur jusqu'au bout, et évidemment, parceque Michel Moatti est pétri d'humanisme et d'empathie, m'a bouleversée.


L'information à outrance qui nous bombarde aujourd'hui sans filtre, souvent détournée ou fausse, sur les réseaux sociaux, nous empêche-t'elle de respirer, et du coup d'agir, nous tétanisant, paniqués ? Je me sens souvent ensevelie sous cette masse de noirceur, totalement désespérée par cette inhumanité. Elle a toujours été, mais aujourd'hui elle est visible.

Dénonçons toujours les criminels, mais essayons de contrebalancer aussi en créant la beauté, l'espoir, par l'art, la littérature, des actes du quotidien qui, mis bout à bout, changent la donne. Mission accomplie pour ce roman.

Quatrième de couverture

« Enlèvements, trafic d'êtres humains, séquestrations, abus sexuels, meurtres... Il y a un monde à côté du nôtre, invisible, effrayant, silencieux et pourtant terriblement réel. Ça se passe aujourd'hui, en Europe, et tout le monde ferme les yeux.
Alors il faut bien que quelqu'un en parle. »

bottom of page